PATHOLOGIES

En dehors de la pratique de la guitare, il ne faut pas négliger les problèmes liés au métier de chacun, qui pourraient augmenter le risque de pathologies, métiers de l'informatique, métiers manuels, …bref toute profession qui demande une utilisation prolongée et/ou intensive de l'avant-bras et des mains.
Cet article est purement informel et donc l'avis d'un médecin est recommandé et si possible un médecin qui est lui même guitariste.
Je vous conseille aussi les ouvrages de la médecine des arts que vous pourrez trouver sur le site : http://www.arts-medicine.com/.

Sommaire

Les pathologies de la main
- Maladie de Dupuytren
- Les tendinites ou tendinopathie
- Les ténosynovites (doigt à ressaut et maladie de Quervain)
- Le kyste synovial
- La rhizarthrose
- Le syndrome du Canal Carpien
- Algodystrophie
- Dystonie de fonction
Les problèmes de dos
Les problèmes auditifs
- Acouphène
- L'hyperacousie
- La presbyacousie
- L'hypoacousie
- La surdité
- La surdité de transmission
- La surdité de perception

Les pathologies et problèmes de la main

Maladie de Dupuytren :

La maladie de Dupuytren est une affection évolutive et douloureuse, qui se caractérise par l'épaississement et le raccourcissement de la peau de la paume de la main qui entraîne la flexion progressive des quatrième et cinquième doigts de la main. Il devient alors impossible de se servir de ces 2 doigts.

Dupuytren
Syptome de Dupuytren.

Origine :
Cette maladie est au moins en partie d'origine génétique.
Traitement :
Intervention chirurgicale, ou l'Aponévrotomie à l'aiguille :
Voir le site : http://perso.orange.fr/f.badois-dupuytren/.

Les tendinites ou tendinopathie :

Définition :
Les tendinites correspondent à une lésion inflammatoire des tendons qui peut aller jusqu'à la rupture dans les cas les plus graves. Ce type de lésion est très bien connu des orthopédistes.
Origine :
La tendinite provient soit d'une une infection soit de sollicitations répétées du tendon. Les tendons des doigts sont très fragiles car ils sont allongés, et leur trajet se fait dans des gaines passant sous la peau et dans des poulies au niveau de toutes les articulations des doigts. Les tendinites sont dues à des microtraumatismes répétés.
Traitement :
Le traitement dépend de l'origine de la tendinite :
1) Dans le cas d'un surmenage (efforts répétés et mauvaises postions), c'est uniquement le repos qui est essentiel. Les traitements anti-inflammatoires sont peu efficaces et il n'y a pas de chirurgie.
2) Dans les autres cas (en général après un traumatisme), le traitement peu reposer sur la prise d'anti-inflammatoires et aussi l'injection de corticoïdes et parfois la chirurgie.
Prévention :
Utiliser un matériel adapté à sa morphologie (taille de la guitare, épaisseur du manche, tirant des cordes), alterner les exercices techniques, faire une musculation des groupes musculaires faibles, adopter une bonne position et surtout laisser reposer la main en cas de douleur. Un travail d'échauffement des mains peut être intéressant et ne peut que diminuer les risques.

Les ténosynovites (doigt à ressaut et maladie de Quervain) :

Définition :
Les ténosynovites sont des lésions inflammatoires. Elles s'observent surtout au poignet et à la cheville et se traduisent pas des phénomènes de fourmillements des orteils ou des doigts. Les ténosynovites rhumatismales touchent surtout les extenseurs des doigts ou les radiaux dans des professions exposées (pianistes, guitaristes etc.)
Le doigt à ressaut : C'est une ténosynovite nodulaire (un nodule peut être visible au niveau de la paume) des fléchisseurs d'un doigt (pouce ou médius). Le patient signale un ressaut douloureux lors de l'extension d'un doigt fléchi. Ce ressaut gêne le mouvement du doigt.
Maladie de De Quervain : Cette ténosynovite touche le long abducteur et le court extenseur du pouce.
Origine :
La cause est le surmenage articulaire, en particulier les microtraumatismes liés à la répétition d'un même geste, et le vieillissement tendineux.
Traitement :
Le traitement repose sur le repos (on peut immobiliser la main avec une orthèse poignet-pouce), les antalgiques, les infiltrations locales de dérivés cortisonés, l'électrothérapie et rarement la chirurgie.
Prévention :
Ce sont les mêmes que pour la tendinite.

Le kyste synovial :

Définition :
Le kyste synovial est une petite hernie qui se situe sous la peau et que l'on trouve généralement au niveau de l'articulation au dos du poignet. Le kyste contient du liquide synovial et peut entrainer une inflammation. Le kyste peut être de petite taille, à peine visible, mais douloureuse lors des mouvements du poignet et au toucher, ou au contraire parfois volumineuse, inesthétique mais totalement indolore.

kyste synovial

Origine :
Il apparait habituellement spontanément sans cause particulière et augmente progressivement de volume sur plusieurs mois.
Traitement :
Le traitement n'est pas obligatoire mais en cas de gêne ou de douleur, il repose sur la ponction à l'aiguille ou l'exérèse chirurgicale. Quelque fois le kyste disparait au bout de plusieurs mois sans interventions particulières.

La rhizarthrose :

Définition :
Il s'agit d'une arthrose des articulations de la base du pouce (articulation trapézo-métacarpienne). Ce problème fréquent atteint le plus souvent les femmes de la cinquantaine. Ce traumatisme évolue souvent au début par des périodes de crises et devient à la longue très invalidant.
Origine :
Parfois la rhizarthrose provient des conséquences d'une fracture, d'un rhumatisme ou d'une infection. Sinon le plus souvent elle est idiopathique (on ne connait pas l'origine).
Traitement :
Il est assez difficile. Initialement on privilégie le traitement conservateur et médical associant le repos, les anti-inflammatoires. On peut immobiliser le pouce pendant la nuit. Les ultra-sons, l'électrothérapie voir les infiltrations peuvent être tentées. Si ce traitement bien suivit est insuffisant au bout de 6 mois à 1 ans on peut envisager l'intervention chirurgicale. L'intervention chirurgicale consiste soit au retrait de la partie malade (trapézectomie et ligamentoplastie) soit en l'insertion d'une prothèse trapézo-métacarpienne.

Le syndrome du Canal Carpien :

Définition :
Le syndrome du canal carpien correspond à la compression du nerf médian au poignet. Le canal carpien est une zone anatomique au niveau du poignet qui s'apparente à un tunnel ou un canal. Le nerf médian passe dans ce canal inextensible ainsi que l'ensemble des tendons fléchisseurs destinés aux doigts. Lorsque le canal se rétrécit, soit par une cause externe (arthrose-fracture), ou si la synoviale qui entourent des tendons s'épaissit, apparaît alors un conflit contenu-contenant. Le premier élément qui souffre est le nerf. Le passage de l'influx électrique est ralenti, et les symptômes sensitifs apparaissent. Les premiers symptômes sont le fourmillement et l'engourdissement des mains et des douleurs au niveau du pouce, de l'index et du majeur voir même des douleurs montant dans l'avant bras et le coude. Ensuite l'atteinte est motrice d'où une diminution des forces pouvant occasionner le lâchage d'objets dans la vie quotidienne.
Origine :
L'origine est idiopathique mais il apparait généralement chez les travailleurs de force qui exercent des gestes répétitifs. Dans certains cas, la prise en charge en maladie professionnelle est possible. Le syndrome du canal carpien entre dans le cadre des troubles musculo-squelettiques.
Traitement :
Le traitement débute par la mise en place d'un atèle nocturne. Une infiltration de corticoïdes peut être réalisée si le problème persiste mais finalement le problème resurgit au bout de plusieurs mois. Dans ce cas la chirurgie devient nécessaire pour faire baisser la pression dans le canal carpien et libérer le nerf médian. Après la chirurgie les fourmillements disparaissent dès la première nuit, il est même recommandé de réutiliser la main le soir même de l'opération en la fermant et l'ouvrant.

Algodystrophie :

Définition :
C'est une maladie osseuse provoquant des douleurs mécaniques et une déminéralisation non homogène des os. L'Algodystrophie se caractérise par l'association de douleur, œdème, raideurs articulaires, modification de température et d'aspect de la peau, des ongles, des poils. L'évolution, souvent longue (de 1 an à 1 an ½), se fait cependant pratiquement toujours vers la guérison avec un minimum de séquelles.
Origine :
Les causes sont nombreuses :
Les traumatismes, même d'intensité modérée représentent la moitié des cas (fractures, luxations, contusions...) ;
Les causes neurologiques : souffrance d'un tronc nerveux, zona, hémiplégie, paraplégies, maladie de Parkinson, tumeurs cérébrales...
Les troubles vasculaires, malformations, infections...
Dans 20% des cas, l'affection est idiopathique, elle n'a pas de cause connue.
Traitement :
Il a pour objet de diminuer les douleurs et les réactions inflammatoires au début du processus et ensuite de limiter les séquelles liées à l'enraidissement articulaire.
Les antalgiques et les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont les médicaments les plus utilisés. La corticothérapie est parfois nécessaire. Certains prescrivent de la calcitonine (Calcitar, Calsyn) ou des vasodilatateurs.
La kinésithérapie est débutée après disparition de la douleur. La rééducation doit être très douce. Aucun mouvement de force ne doit être effectué. La rééducation est utile pour lutter contre les raideurs et l'œdème. Les massages sont très importants
La chirurgie est réalisée très à distance, dans des cas très exceptionnels. Elle peut régler certaines séquelles (raideurs articulaires, rétraction commissurale).

Dystonie de fonction :

Définition :
La dystonie de fonction consiste en un trouble moteur d'intensité variable caractérisé par la contraction involontaire de certains muscles, fixant un segment ou un membre entier dans une attitude particulière. Le début est progressif et survient habituellement chez un musicien confirmé. Chez certains ce sont les spasmes qui prédominent, chez d'autres des mouvements involontaires parfois accompagnés de tremblement. La dystonie de fonction est en théorie indolore. Les douleurs n'apparaissent pas au début des troubles mais qu'après la répétition des spasmes musculaires. On caractérise parfois la dystonie de de " tueur silencieux "
La dystonie de fonction est très peu connue des médecins non spécialisés ce qui entraine parfois la prise de traitements qui ne sont pas efficaces et qui a pour conséquence l'apparition de troubles psychologiques chez la personne atteinte.

Dystonie de fonction
Dystonie de fonction : le pouce se crispe à l'intérieur de la main.

Origine :
On ne connait pas les causes réelles de la dystonie de fonction. On peut néanmoins observer des facteurs favorisants comme l'anxiété ou l'émotivité du musicien mais aussi la répétition de gestes identiques, très précis et rapides.
Si l'anxiété peu être un facteur favorisant de la dystonie de fonction, elle ne peut en aucun cas en être l'élément déclencheur. L'anxiété parfois si prononcée a pu mettre en cause l'état psychique des patients. Mais il faut comprendre le désarroi de ces musiciens dont la maîtrise des doigts, si laborieusement acquise, fait brusquement défaut. On s'accorde maintenant pour considérer que les troubles dépressifs parfois rencontrés sont en majorité réactionnels et explicables par les défaillances manuelles qui mettent en cause leur carrière.
Traitement :
Les dystonies de fonctions sont les affections qui posent les problèmes thérapeutiques les plus difficiles et dont les résultats sont les plus aléatoires. On a pu tenter de soigner les patients avec des sédatifs généraux, des techniques de relaxation diverses, des injections intramusculaires de toxine botulique sans qu'il n'y ait de réelles améliorations. Les spasmes liés aux dystonies peuvent être limitées grâce à des infiltrations de toxine botulique mais la coordination motrice n'est pas affectée par ce traitement.
Prévention :
A ce jour, aucun traitement médical ou chirurgical n'a fait preuve de son efficacité. Les solutions les plus pertinentes relèvent davantage du réapprentissage instrumental que d'une thérapie médicale classique.
Quelques principes doivent néanmoins être respectés :
- Ne jamais forcer, immédiatement arrêter de jouer dès les premières gênes,
- Se décontracter : le trac majore les troubles,
- Fractionner les périodes de travail,
- Traiter sur plusieurs plans, en intégrant notamment l'ergonomie, avec un professeur et/ou un kinésithérapeute pour adapter les tenues d'instruments à la morphologie de l'artiste.
La dystonie est certes un mal insidieux qui peut dramatiquement perturber l'avenir professionnel et, au-delà, toute la vie d'un musicien. Mais, démasqué à temps, ce tueur silencieux peut rendre les armes.

Les problèmes de dos

Définition :

On qualifie parfois le mal de dos de mal du siècle. Les métiers d'aujourd'hui étant de plus en plus sédentaire (position assise à longueur de journée sans musculation, étirements etc..) on assiste à une forte augmentation du nombre de personnes qui souffrent de douleur au dos (bassin, cervicales etc..). Il existe un certain nombre de pathologies comme les cyphoses, les lordoses, les scolioses qui correspondent à des déformations de la colonne vertébrales et qui peuvent facilement être évitée.

Prévention :

Une bonne position assise est importante dans le maintien du dos. Il y a quelques règles qu'il faut s'efforcer de respecter :
Les deux pieds doivent être à plat, le bas du dos bien droit et le haut du dos bien plat (il ne faut pas enrouler les épaules, ni les tirer trop en arrière). Les deux épaules sont sur un axe horizontale.
Ce type de posture n'est pas forcement simples à respecter dans un premier temps, mais le fait de se forcer à les appliquer donnera plus de simplicité par la suite.
Pour la pratique de l'instrument en position assise il faut respecter exactement les mêmes règles : surtout les pieds bien à plat afin de garder une bonne stabilité du bassin.
En guitare, pour éviter de baisser l'épaule gauche (l'épaule droite pour les gauchers), je conseille généralement de poser la guitare sur la jambe gauche (la jambe droite pour les gauchers) que ce soit en guitare classique ou en guitare électrique et d'utiliser un repose pied afin de sur-élever la jambe sur laquelle est posée la guitare. Ceci permet de relever le manche et ainsi de ré axer les deux épaules sur un axe horizontal.
Le petit défaut du repose pied vient du fait que le bassin se déséquilibre à nouveau. Il faut donc éviter de trop surélever le pied avec le repose pied.

Déséquilibre des hanches
La surélévation excessive d'un pied entraîne une bascule du bassin, une scoliose et un déséquilibre de la ceinture scapulaire.

Une autre solution est le Gitano qui permet de rehausser le manche de la guitare sans surélever la jambe. Malheureusement le Gitano ne peut s'utiliser qu'avec la guitare classique puisqu'il s'applique sur l'éclisse inférieure de la guitare grâce à des ventouses.

Gitano
La surélévation excessive d'un pied entraîne une bascule du bassin, une scoliose et un déséquilibre de la ceinture scapulaire.

Pour le jeu debout, il faut surtout privilégier, les sangles larges afin de répartir les forces sur toute la largeur de la sangle. De plus il faut travailler les groupes musculaires qui maintiennent le dos.

Les problèmes auditifs

Acouphène :

Définition :
Les acouphènes sont des bruits subjectifs (bourdonnements, sifflements, tintements) entendus en permanence, suite à une lésion de l'oreille interne ou moyenne.
Origine :
Il survient fréquemment après un traumatisme sonore ou barométrique (pression), ou un choc émotionnel. La plupart du temps, l'origine de l'acouphène n'est pas clairement identifiée.
Traitement :
La médecine ne sait pas guérir les problèmes d'acouphènes car, comme le disent les nombreux ORL : "Ces problèmes sont dus à la destruction de cellule dans l'oreille et cette destruction est irréversible."
Les traitements médicamenteux se limitent aux vasodilatateurs et oxygénateurs périphériques, aux anxiolytiques, d'efficacité variable mais qui constituent néanmoins une aide précieuse, en particulier dans les premiers mois qui suivent l'apparition de l'acouphène.
Il est possible de faire un travail sur l'habituation. L'habituation est l'ensemble des processus neurobiologiques, généralement naturels et spontanés, qui aboutissent progressivement à l' "oubli" de l'acouphène.
Voir le site : http://www.france-acouphenes.org/.

L'hyperacousie :

Définition :
Il s'agit d'une sensibilité excessive aux sons et aux bruits même aux plus ordinaires de notre vie quotidienne. (Un train qui grince en s'arrêtant, un klaxon, le bruit usant d'un moteur de voiture pendant trois heures de route, le vacarme de la foule dans un centre commercial etc.).
Origine :
L'hyperacousie est souvent la séquelle d'un traumatisme acoustique et accompagne l'acouphène dans presque 1 cas sur 2.

La presbyacousie :

Définition :
La presbyacousie est le vieillissement de l'audition par une surdité bilatérale progressive et variable de l'audition. C'est une baisse d'audition progressive et longue. Les premiers symptômes étant des bourdonnements dans l'oreille et des troubles de l'audition lors de conversations. La presbyacousie se caractérise par la chute auditive des fréquences aiguës qui sont les plus fréquentes lors de conversations notamment envers les personnes de sexe féminin. Une voix féminine étant plus aiguë qu'une voix d'homme, la compréhension sera plus difficile.
Origine :
Comme le trouble de la vue (presbytie), la presbyacousie est un trouble de l'audition provoqué par l'usure de l'oreille interne à cause du vieillissement. La presbyacousie est la cause numéro mondiale de la surdité pour l'Homme.
Traitement :
La presbyacousie n'a pas de traitement efficace a part celui de porter une prothèse auditive (sonotone). Les médecins ORL possèdent peu de traitements efficaces comme l'oxygénation maximale des cellules auditives qui se révèle peu convaincant. La perte de l'audition peut varier entre les individus.

L'hypoacousie :

Définition :
L'hypoacousie est une abolition partielle de l'ouïe. Les troubles de l'audition peuvent être :
- Quantitatifs et il s'agit alors d'une perte de l'audition du point de vue de l'intensité,
- Qualitatifs lorsque l'oreille n'enregistre pas correctement les sons, ce qui provoque des troubles de la discrimination des sons. Dans ce cas, il s'agit de surdités de perception (oreille interne) se traduisant par des surdités sur les fréquences aiguës rendant la parole incompréhensible.
Dans le cas où l'abolition de l'ouie devient totale on parle alors de surdité.

La surdité :

Définition :

La surdité est l'abolition complète de l'ouïe. Il existe 2 types de surdité :
- La surdité de transmission :
- La surdité de perception :

La surdité de transmission:

Définition :
Il s'agit de l'interruption de la transmission de l'onde sonore soit au niveau du conduit auditif externe soit au niveau de l'oreille moyenne.
La transmission de la voix haute est peu diminuée. Celle de la voix chuchotée l'est fortement.
Origine :
Les otites, le chole stéatome (tumeur bénigne), les traumatismes crâniens, les barotraumatismes (plongée sous marine, avion etc.), les corps étrangers dans le conduit auditif externe.
Traitement :
Les bouchons de cérumen sont enlevés par lavage ou aspiration, les corps étrangers sont extraits à la micro pince, les otites sont soignées soit par anti-inflammatoires et antibiotiques. Les traitements de fond et cures thermales peuvent être utiles.

La surdité de perception :

Définition :
Les surdités de perception sont caractérisées par une atteinte soit de la cochlée (canal de forme spirale, situé dans l'oreille interne) soit des voies nerveuses situées en arrière de la cochlée.
Origine :
Neurinome de l'acoustique (tumeur bénigne du nerf auditif), infection (méningite), accident vasculaire (thrombose artérielle ou spasme), presbyacousie (hypoacousie par vieillissement), fracture du rocher (partie interne de l'os temporal), ou maladie de Ménière (sifflements et vertiges associés).
Traitement :
Le traitement des surdités de perception est décevant. Le traitement se limite en général à des vasodilatateurs et des vitamines B.
Si l'hypoacousie de perception est due à un neurinome, l'ablation chirurgicale de celui-ci pourrait s'imposer du fait même de sa situation contre le tronc cérébral.
Pour une fracture du rocher, le traitement peut être chirurgical en cas de paralysie faciale ou de communication entre les méninges et l'oreille.
Lorsque la surdité de perception est provoquée par un spasme vasculaire ou inflammatoire, l'hypoacousie de perception survient brutalement et nécessite un traitement médicamenteux en urgence.
Cours de guitare et de MAO dans le Pas-de-Calais (Noeux-les-Mines, Béthune, Labeuvrière, Bruay et environs)